Retour au menu
Dernière édition MMIV Noûs 11 - Minuit
Bête
       
Je trouvais bêtes les problèmes de l'arithmétique, je ne voyais pas le problème...
 

 L'arithmétique, ce n'était pas mon fort, je trouvais les problèmes bêtes : quelle somme de fruits obtient-on quand on remplit un panier avec trois quarts de pommes, un huitième d'abricots et un deux-seizième de quelque chose d'autre ? Je ne voyais pas le problème ; je me demandais pourquoi on aurait arrangé un panier de cette façon-là, par conséquent c'était sans solution.  

 
 
   
Le problème de la bêtise, le plus insondable de tous ?
   Le problème de la bêtise est peut-être le plus insondable de tous. On a rêvé des édens où les hommes seraient tous heureux, des édens où ils seraient tous bons. On n'a jamais rêvé d'édens où ils seraient tous intelligents : cela n'est même pas rêvable. 
 
 
   
 
 
   
 
 
   
 
 
   
 
 
   

 

   
M. Yourcenar (1903-1987), Les Yeux ouverts : entretiens avec Matthieu Galey,  Une éducation , Le Centurion, 1980, p. 27.
   
H. Montherlant (1895-1972), Carnets, XXV, 1934 ; Gallimard,  Pléiade  : Essais, 1963, p. 1122.
   

 

En haut de page